CERPHI

D.A.T.A. Numéro 10 (juin 1997)

Le Quiétisme. Eléments de littérature secondaire

Il va sans dire que cette biblio­gra­phie ne pré­tend nul­le­ment à l’exhaus­ti­vité : son objet est sim­ple­ment de pro­po­ser une car­to­gra­phie de la lit­té­ra­ture secondaire consa­crée au quié­tisme, qui peut servir au début d’une recher­che. Les ouvra­ges ont été rete­nus selon trois cri­tè­res : leur carac­tère fon­da­men­tal pour la com­pré­hen­sion du sujet (ainsi Spaemann, sur Fénelon), l’impor­tance qu’ils ont revê­tue dans la tra­di­tion des études cri­ti­ques (c’est, par exem­ple, le cas de Menendez y Pelayo, sur Molinos) et la place qu’ils don­nent aux déve­lop­pe­ments tar­difs du quié­tisme en Europe. Pour des réfé­ren­ces plus com­plè­tes, on consul­tera, outre les usuels : 1) sur Molinos, l’édition cri­ti­que de Madrid (1976) qui com­porte, en intro­duc­tion, une vaste biblio­gra­phie établie par J. Ignacio Tellechea Idígoras ; 2) sur le quié­tisme en géné­ral, les biblio­gra­phies des ouvra­ges clas­sés dans la seconde rubri­que de cette pré­sen­ta­tion ; 3) sur Fénelon, et pour cou­vrir les recher­ches de ce siècle, Ely Carcassonne, Etat pré­sent des tra­vaux sur Fénelon, Paris, Belles-Lettres, 1939, la biblio­gra­phie de la pre­mière édition de R. Spaemann et, enfin, Volker Kapp, "Ergebnisse und Stand der Fénelon Forschung (1946-1978)", Romanistisches Jahrbuch, Berlin, 1978, pp.100-114. Voir aussi Hélène Paillot, Etat des tra­vaux sur Fénelon, Mémoire de DEA, Université de Toulouse-Le Mirail, 1994. Sauf indi­ca­tion contraire, nous men­tion­nons la pre­mière édition de chaque ouvrage.

Ouvrages de référence

Parmi les pré­sen­ta­tions géné­ra­les dis­po­ni­bles, on retien­dra celle de Jean-Robert Armogathe (1) ; mais il faut aussi tenir compte de syn­thè­ses plus ancien­nes, qui ont long­temps déter­miné la lec­ture du quié­tisme - ainsi J. Paquier (12), auquel se réfère Daniel-Rops. En ce qui concerne le quié­tisme en milieu catho­li­que, le livre de Heinrich Heppe (6) demeure, à nos yeux, très utile. Pour ce qui regarde Molinos, les études les plus impor­tan­tes sont condui­tes par J. Ignacio Tellechea Idígoras, sur les manus­crits du Guide spi­ri­tuel (24), sur le lexi­que de l’ouvrage (26) et, sous forme d’arti­cles (réunis en 25), sur dif­fé­rents thèmes. L’his­toire de l’inter­pré­ta­tion de Molinos ne peut tou­te­fois négli­ger l’influence de M. Menendez y Pelayo (21) et, en France, de P. Dudon (19). Sur Fénelon, l’ouvrage indis­pen­sa­ble reste celui de Robert Spaemann (69), qui pro­pose une étude spé­cu­la­tive de tous les aspects de la doc­trine (méta­phy­si­que, reli­gieux et péda­go­gi­que), et qui sug­gère de lire la pos­té­rité de l’oeuvre chez Schopenhauer. En France, outre les études clas­si­ques d’A. Cherel (43) et d’E. Carcassonne (42), on retien­dra les recher­ches condui­tes par D. Leduc-Fayette (60) et M. Terestchenko (70).

II. Ouvrages de présentation générale

    • 1. Armogathe (Jean-Robert), Le quiétisme, Paris, PUF, coll. "Que sais-je ?" no. 1545, 1973.
    • 2. Baruzi (Jean), L’intelligence mystique, textes choisis et présentés par J.-L. Vieillard-Baron, Paris, Berg, 1986.
    • 3. Canosa (Romano), L’Ultima eresia, Palermo, Sellerio, 1986.
    • 4. Delacroix (H.), Les grands mystiques chrétiens, Paris, PUF, 1938.
    • 5. Grenier (Jean), Ecrits sur le quiétisme, Quimper, Calligrammes, 1984. L’ouvrage réunit "Le quiétisme comme thérapeutique", "Les fraternités inconnues" et "Trois stations du chemin de croix". L’A. a présenté la réédition française de la Guía espiritual (16).
    • 6. Heppe (Heinrich), Geschichte der quietistischen Mystik in der katholischen Kirsche, Berlin, W. Hertz, 1875.
    • 7. Knox (Mgr Ronald Arbuthnott), Enthusiasm. A chapter in the history of religion with the special reference to the XVIIth and XVIIIth centuries, Oxford, the Clarendon Press, 1950.
    • 8. Kolakowski (Leszek), Chrétiens sans Eglise, Paris, Gallimard, 1969, chap. VIII, pp.492-566.
    • 9. Langlois (M.), Pages nouvelles pour servir à l’étude du quiétisme avant 1694, Paris, 1934.
    • 10. Laude (Patrick D.), Approches du quiétisme : deux études, Paris, Seattle, Tübingen, Papers on the French seventeenth century literature, 1991. Contient en annexe le Moyen court et très facile pour l’oraison de Madame Guyon.
    • 11. Neveu (B.), L’erreur et son juge. Remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Naples, Bibliopolis, 1993.
    • 12. Paquier (Abbé Jules), Qu’est-ce que le quiétisme ?, Paris, Bloud, 1910.
    • 13. Poulet (Dom Charles), sous la direction de, Histoire du christianisme, Epoque contemporaine [Fascicule 27, Livre Ier, Quiétisme et jansénisme], Paris, Beauchesne, 1947.
    • 14. Sanson (Henri Marcel), Saint Jean de la Croix entre Bossuet et Fénelon. Contribution à l’étude de la querelle du Pur Amour, Publications de la Faculté des Lettres d’Alger, 1952.
    • 15. Vandenbrouke (François), "Le divorce entre théologie et mystique, ses origines", Nouvelle revue théologique, 1950.

III. Sur Miguel de Molinos

    • 16. Molinos (Miguel de), Guía espiritual, edición preparada por S. Gonzáles Noriega, Madrid, Ed. nacional, 1977. L’introduction de 1976 comporte une vaste bibliographie sur Molinos, établie par J. Ignacio Tellechea Idígoras.
    • 17. Molinos (Miguel de), Le Guide spirituel, introduction par Jean Grenier, Paris, Fayard, 1970. La traduction française d’Amsterdam (1688), reprise ici, est sans doute de Cornand de la Croze.
    • 18. Debongnie (Pierre), "L’inquiétante mystique de Michel Molinos", Etudes carmélitaines, Paris, Desclée de Brouwer, 1952.
    • 19. Dudon (Père Paul), Le Quiétiste espagnol Michel Molinos, Paris, Beauchesne, 1921. Très peu favorable à Molinos, l’ouvrage constitua longtemps, sur le sujet, la seule présentation moderne disponible en français. Il comporte une bibliographie. De plus, on doit à l’A. la première édition de l’opuscule de Fénelon sur le Gnostique de saint Clément d’Alexandrie (Paris, 1930).
    • 20. Garrido (Pablo María), Un Censor español de Molinos y de Petrucci : Luis Pérez de Castro, Roma, Institutum carmelitanum, 1988.
    • 21. Menendez y Pelayo (Don Marcelino), Historia de los heterodoxos españoles, Madrid, Suárez, t. IV-V, 1928-1930 ; Ed. Nacional (Santander, 1947), IV, pp.253-273. Cette présentation doit être connue, parce qu’elle détermina longtemps la lecture du quiétisme de Molinos.
    • 22. Moreno Rodríguez (Pilar), El pensamiento de Miguel de Molinos, pról. de J. Ignacio Tellechea Idígoras, Madrid, Fundación universitaria española, 1992.
    • 23. Sánchez-Castañer (Francisco), Miguel de Molinos en Valencia y Roma, nuevos datos biográphicos, Valencia, Soler, 1965.
    • 24. Tellechea Idígoras (José Ignacio), "Dos originales manuscritos de la Guía espiritual de Molinos. Nota para una edición crítica", Anthologica, Annua 8, 1980, pp.495-512.
    • 25. Tellechea Idígoras (José Ignacio), Molinosiana : investigaciones históricas sobre Miguel Molinos, Madrid, Fundación universitaria española, 1987.
    • 26. Tellechea Idígoras (José Ignacio), Léxico de la Guía espiritual de Miguel de Molinos, con la colab. de Juan Carlos Sánchez y Javier Santa Clotilde, Madrid, Fundación universitaria española, 1991.

IV. Sur la diffusion du quiétisme en Europe

    • 27. Lea (Henry Charles), "Molinos and the Italian Mystics", The American Historical Review, 11, 1906, pp.243-262. On doit à l’A. plusieurs ouvrages sur l’Inquisition espagnole.
    • 28. Naert (Emilienne), Leibniz et la querelle du pur amour, Paris, Vrin, 1959.
    • 29. Naert (Emilienne), "Uneasiness et inquiétude", Les Etudes philosophiques, 1971/1, pp.67-76.
    • 30. Nicolini (Fausto), Su Miguel Molinos, Pier Matteo Petrucci e altri quietisti segnatamente napoletani, notizie, discussioni, documenti, Puntata 1a, Napoli, 1951. Estratto dal Bollettino dell’ Archivio del Banco di Napoli. L’ouvrage comporte des documents et manuscrits italiens.
    • 31. Petrocchi (Massimo), Il quietismo italiano del seicento, Roma, Edizioni di "Storia e letteratura", 1948. Sur le quiétisme italien du XVIIe siècle.
    • 32. Stahl (Herbert), August Hermann Francke, der Einfluß Luthers und Molinos’ auf ihn, Stuttgart, W. Kohlhammer, 1938.
    • 33. Urlinger (Joseph), Die Geistes- und sprachgeschichtliche Bedeutung der Berleburger Bibel, ein Beitrag zur Wirkungsgeschichte des Quietismus in Deutschland, Saarbrücken, Philosophische Fakultät, 1969. L’ouvrage contient des fragments des Torrents spirituels de Madame Guyon.

V. Sur le quiétisme en France

Va. Avant Fénelon
    • 34. Bremond (Henri), Histoire littéraire du sentiment religieux en France, Paris, Bloud & Gay, 11 vol. 1915-1933.
    • 35. Bremond (Henri), La Querelle du pur amour au temps de Louis XIII, Paris, 1932.
    • 36. Delacroix (Henri), Etudes d’histoire et de psychologie du mysticisme, Paris, Alcan, 1908.
    • 37. Joppin (Gabriel), Une querelle autour de l’amour pur. Jean-Pierre Camus, évêque de Belley, Paris, Beauchesne, 1938. Ami et biographe de saint François de Sales, Camus prêchait l’indifférence où l’âme se conforme à la volonté de Dieu.
    • 38. Souriau (M.), M. de Renty et J. de Bernières, Paris, 1913. Jean de Bernières-Louvigny est l’auteur du Chrétien intérieur, dans lequel on a pu lire les marques d’un quiétisme français.
Vb. De Madame Guyon à Fénelon

Nous ne men­tion­nons qu’excep­tion­nel­le­ment les ouvra­ges consa­crés aux ques­tions poli­ti­ques et péda­go­gi­ques, chez Fénelon, pour ne rete­nir que les tra­vaux qui inté­res­sent direc­te­ment la récep­tion du quié­tisme.

    • 39. Fénelon, philosophie et spiritualité, Actes du colloque organisé par le Centre d’étude des Philosophes Français, Sorbonne, 27-28 mai 1994, textes réunis par D. Leduc-Fayette, Genève, Droz, 1996.
    • 40. Bergamo (M.), "Le pur amour face à la loi de l’échange", La Science des saints, Grenoble, J. Millon, 1992.
    • 41. Bremond (H.), Apologie pour Fénelon, Paris, 1910.
    • 42. Carcassonne (Ely), Fénelon, l’homme et l’oeuvre, Paris, Hatier-Boivin, 1946.
    • 43. Cherel (Albert), Fénelon ou la religion du pur amour, Paris, Denoël et Steele, 1934.
    • 44. Cognet (Louis), Crépuscule des mystiques, Bossuet, Fénelon, Tournai, Paris, 1958. Il existe une nouvelle édition, mise à jour par J.-R. Armogathe (Paris, 1991).
    • 45. Dalbiez (Roland), "La controverse de la contemplation acquise", Etudes carmélitaines, Paris, Desclée de Brouwer, 1949.
    • 46. Dudon (Père Paul), "Le Père Lacombe et Molinos", Recherches de science religieuse, 1920, pp.181-212.
    • 47. Dupriez (Bernard), Fénelon et la Bible. Les origines du mysticisme fénelonien, Paris, Bloud & Gay, 1961.
    • 48. Elton Bulnes (María), Amor y reflexión : la teoría del "Amor puro" de Fénelon en el contexto del pensamiento moderno, Pamplona, Ed. Universidad de Navarra, 1989.
    • 49. Gondal (Marie-Louise), Madame Guyon, 1648-1717 : un nouveau visage, Paris, Beauchesne, 1989. L’A. a présenté, chez Jérome Millon, les rééditions récentes des textes de Madame Guyon.
    • 50. Goré (Jeanne-Lydie), La Notion d’indifférence chez Fénelon et ses sources, Paris, PUF, 1956.
    • 51. Goré (Jeanne-Lydie), "Néoplatonisme et quiétisme. Fénelon et l’Aréopagite", Revue d’histoire littéraire de la France, 1969, pp.583-602.
    • 52. Gouhier (Henri), Fénelon philosophe, Paris, Vrin, 1977.
    • 53. Hayot (M.), "Bossuet et Fénelon. Le problème du pur amour et son aspect métaphysique", Nouvelle revue apologétique, Paris, Beauchesne, 1939.
    • 54. Joppin (Gabriel), Fénelon et la mystique du pur amour, Paris, Beauchesne, 1938.
    • 55. Le Brun (Jacques), La spiritualité de Bossuet, Paris, Klincksieck, 1972, Ve partie.
    • 56. Le Brun (Jacques), "Mystiques et christologie à la fin du XVIIe siècle", Le Christ entre orthodoxie et Lumières, Actes du colloque tenu à Genève en août 1993, Genève, 1994.
    • 57. Litman (Théodore A.), Le Sublime en France (1600-1714), Paris, Nizet, 1971. Sur la conception du sublime chez Fénelon, pp.197-233.
    • 58. Le Boulluec (A.), "L’édition des Stromates en France au XVIIe siècle et la controverse entre Fénelon et Bossuet", Les pères de l’Eglise au XVIIe siècle, Paris, Cerf, 1993.
    • 59. Leclère (H.), "Fénelon critique de Malebranche", Revue thomiste, 1953.
    • 60. Leduc-Fayette (Denise), Fénelon et l’amour de Dieu, Paris, PUF, coll. "Philosophies", 1996.
    • 61. Loisy (A.), George Tyrrel et Henri Bremond, chap. "Le quiétisme de Fénelon", Paris, 1936, pp.87-142. Examen de la postérité quiétiste à la fin du XIXe siècle.
    • 62. Montcheuil (P. Yves de), Malebranche et le quiétisme, Paris, Aubier, 1946.
    • 63. Olphe-Gaillard (M.), "Fénelon et le pur amour", Revue d’ascétique et de mystique, 1957.
    • 64. Perrotti (Gabriele), Il Tempo e l’amore : metafisica e spiritualità in Fénelon, Napoli, Bibliopolis, 1994.
    • 65. Poulet (Georges), Etudes sur le temps humain, IV, Autour de l’instant, chap. IV, Paris, Plon, 1968.
    • 66. Rivière (Jacques), "La théodicée de Fénelon, ses éléments quiétistes", Annales de philosophie chrétienne, 1908-1909.
    • 67. Seillière (Ernest), Madame Guyon et Fénelon, précurseurs de Jean-Jacques Rousseau, Paris, 1918.
    • 68. Schmittlein, (Raymond), L’Aspect politique du différend Bossuet-Fénelon, Baden-Baden, Editions Art et Science, 1954.
    • 69. Spaemann (Robert), Reflexion und Spontaneität : Studien über Fénelon, Stuttgart, W. Kohlhammer, 1963 ; deuxième édition, augmentée, Stuttgart, Klette-Cotta, 1990. L’ouvrage indispensable de Spaemann propose une vaste bibliographie qui, malheureusement, n’est pas complètement mise à jour dans la seconde édition.
    • 70. Terestchenko (Michel), "Comme un globe sur un plan…", Les Etudes philosophiques, 1992, no. 2.
    • 71. Terestchenko (Michel), La querelle du pur amour entre Fénelon et Bossuet, thèse soutenue en Sorbonne le 12 février 1994.
    • 72. Thompson (Phyllis), Madame Guyon, martyr of the Holy Spirit, London, Sydney, Toronto, Hodder and Stoughton, 1986.
    • 73. Varillon (François), Fénelon et le pur amour, Paris, Seuil, 1957.
    • 74. Zovatto (Pietro), La polemica Bossuet-Fénelon, introduzione critico-bibliographica, Padova, Editrice gregoriana, 1968.