CERPHI

Compte rendu de la réunion du 23 janvier 1999

Pascal Pichot a pré­senté ses tra­vaux sur Mendelssohn (plus pré­ci­sé­ment sur la Preisschrift de 1763, le Traité sur l’Evidence). On trou­vera un extrait de la tra­duc­tion de ce texte, ainsi qu’une courte vue d’ensem­ble de son propos, dans le DATA à paraî­tre en février. Il a été convenu en fin de séance de reve­nir régu­liè­re­ment sur des thèmes récur­rents, afin d’en pré­ci­ser la nature et les enjeux (par exem­ple : défi­ni­tion et exten­sion des prin­ci­pes de contra­dic­tion et de raison ; pas­sage de la Möglichkeit à la Wirklichkeit…). La réu­nion s’est ache­vée par des consi­dé­ra­tions rela­ti­ves à la tra­duc­tion.

Compte rendu de la réunion du 20 février 1999

Les par­ti­ci­pants sont reve­nus en début de séance sur les dif­fi­cultés ren­contrées la fois pré­cé­dente. Il a été envi­sagé de consa­crer plu­sieurs réu­nions à l’étude des textes fon­da­teurs de la phi­lo­so­phie alle­mande du dix-hui­tième siècle, à savoir ceux de C. Wolff.

André Charrak est ensuite inter­venu sur Baumgarten et l’har­mo­nie. On retrou­vera l’inté­gra­lité de son inter­ven­tion dans le DATA du groupe à paraî­tre. La pro­chaine séance a fina­le­ment été avan­cée au samedi 13 mars 1999 à 14h. Jean-Paul Paccioni nous y entre­tien­dra jus­te­ment de C. Wolff.

Compte rendu de la réunion du 8 mai 1999

L’inter­ve­nant du jour, Thierry Arnaud, nous a pré­senté les fruits de son tra­vail sur Wolff, Crusius et le Kant pré­cri­ti­que. Ce tra­vail s’ins­crit dans la conti­nuité de celui réa­lisé, en col­la­bo­ra­tion avec Wolf Feuerhahn, sur Crusius (cf. DATA février 1999).

Dans un pre­mier temps, il s’agis­sait de pré­sen­ter l’impor­tance de la ques­tion de la méthode au dix-hui­tième siècle, ˆ tra­vers le témoi­gnage de Kant. Ensuite, l’exposé s’est concen­tré sur l’alliance de l’expé­rience et de la Raison chez Wolff. Il s’agis­sait, à la suite de Jean Ecole, de rec­ti­fier l’opi­nion com­mune d’un Wolff pure­ment ratio­na­liste.

Enfin, au tra­vers d’extraits de tra­duc­tion de la Métaphysique cru­séenne, il fut ques­tion des dif­fi­cultés liées à l’entre­prise métho­di­que wolf­fienne. L’exposé se conclut sur le témoi­gnage de G. Tonelli sur la ques­tion de la méthode en géné­ral au dix-hui­tième siècle.

Compte rendu de la réunion du 29 mai 1999

Jacques Croizer, qui a sou­tenu cette année une thèse de doc­to­rat sur Herbart, nous a parlé des rap­ports entre cet auteur et la tra­di­tion leib­ni­zienne. Il s’agis­sait d’expo­ser les gran­des lignes de la pensée her­bar­tienne tout en indi­quant, autant qu’il était pos­si­ble, les points de contact avec la tra­di­tion pré­kan­tienne.

L’exposé a com­mencé par l’ins­crip­tion de Herbart dans la tra­di­tion mona­do­lo­gi­que. Ensuite, il a roulé sur les aspects psy­cho­lo­gi­que, mathé­ma­ti­que et phy­si­que de ce pen­seur impor­tant du début du dix-neu­vième siècle.

Compte rendu de la réunion du 26 juin 1999

Le thème de l’année pro­chaine a été arrêté  : l’étude de la phi­lo­so­phie pre­mière de Christian Wolff. Le calen­drier a en outre été fixé, ainsi que les gran­des lignes des inter­ven­tions qui se dérou­le­ront lors des réu­nions.